Rencontre avec Marie-Josée Lebel, artiste-graveur

195

L’artiste Marie-Josée Lebel habite dans la région des Laurentides depuis quelques années. Je l’ai connue à l’occasion d’un passage à une exposition en Outaouais et depuis ce temps, je ne cesse de m’intéresser à son travail. Multidisciplinaire, son énergie, sa curiosité et son talent me fascinent.

A l’occasion de la Route des Arts des Basses-Laurentides en 2018, elle a été une des artistes invitées et a exposé son travail à mon studio durant 9 jours. Ce fût l’occasion rêvée pour partager des moments uniques qui ont favorisés d’heureux échanges et une continuité dans notre relation artistique.

Raconte-nous ton parcours artistique Marie-Josée
Après des études collégiales en arts plastiques, et un baccalauréat en enseignement spécialisé en arts plastiques, j’ai enseigné près de 20 ans tout en produisant quelques œuvres au fil du temps. L’occasion d’agir à titre de commissaire pour deux expositions majeures à la Maison des Arts de Laval, Les enfants de Jean-Paul Lemieux et Les enfants et Miyuke Tanobe s’est présentée et m’a orienté vers une maitrise en muséologie. Depuis 2 ans, je rattrape le temps occupé au travail pour me consacrer exclusivement à ma pratique artistique. A chaque production, il y a un parcours, comme si j’évoluais à pas de géant avec des erreurs et de belles surprises.

Pourquoi peindre et graver?
Parce que c’est vital, c’est toujours dans ma tête. Et ça ne va pas assez vite pour moi. Tout ce qui est autour est souvent de trop. En même temps, il y a beaucoup de réflexions à faire avant de prendre les outils et de travailler sur un projet. En gravure actuellement, c’est le travail collaboratif en atelier qui me nourrit.
Je dois par contre trouver ma voix.

Être membre d’associations, est-ce important pour toi?
C’est nourrissant d’être en groupe. Et ce n’est pas toujours facile. En art, les egos sont importants. C’est souvent notre moteur créatif pour le meilleur et pour le pire. J’ai toujours eu besoin d’être au cœur des décisions. C’est important de savoir où s’en va l’organisme dans lequel on s’investit.

Quels sont les sujets de ton exposition en cours?
Je termine une série en estampes avec les techniques en relief (linogravure, bois gravé) et de lithographie. Pour moi, c’est un nouveau territoire de vie, un territoire que j’ai apprivoisé ces 2 dernières années. Dans cette trame laurentienne, un fil différent se précise. En fait, c’est un essai de narration sur cette nouvelle trame de vie.
Je vois mon exposition présentée à l’Atelier de l’Île comme un déplacement fugace dans ces Laurentides où mes yeux absorbent l’image et n’en retiennent qu’un instant. Un fil de vie et d’images reliés dans un parcours linéaire parsemé de préoccupations environnementales et sociales. Cette série d’images prises dans la région sont traitées avec des applications sur IPhone.

Dans mes interventions sur les photos numérisées et modifiées, je cherche à exhiber les textures, les contrastes en noir et blanc.

J’agrandis, j’altère, je révèle les trames. Je trace les lignes hachurées qui se croisent et qui définissent les tonalités.

Je prends la réalité éphémère de ces visions, je les transforme mécaniquement.
Par le transfert de l’image sur une matrice et le geste séculier de l’impression, j’altère le souvenir du lieu.

J’aime la nouvelle technologie à l’ancestrale. D’un côté l’outil accessible dans la main de tous soit le téléphone intelligent et de l’autre, l’outil de gravure accessible à l’artiste.
Je choisis la gratuité des applications et multiplie les interventions. Je varie les technique de gravure avec des matériaux peu coûteux : linoleum, tuiles de plancher en vinyle, planches de contreplaqué, feuille de polyester.

Dis-moi un mot pour te décrire
Doute

Quelles sont tes lectures préférées?
Romans policiers et des articles sur l’architecture, l’histoire des civilisations, l’art, la science, l’astrophysique, parfois je lis des mémoires de maîtrise et de doctorat.

Quel est le lieu que tu préfères?
Mon atelier… le “mon” rêve d’atelier. Il faut voit mon tableau Pinterest.

A quelle valeur tu tiens le plus?
Il y en a 2
L’autodétermination dans le sens de l’indépendance de la pensée et de l’action, la liberté de choisir, de créer et d’explorer. L’universalisme dans un sens d’ouverture d’esprit, du bien-être de tous, du respect de la nature, de l’harmonie intérieure. L’exposition Trame de Marie-Josée Lebel se déroule du 16 février au 14 avril 2109 à l’Atelier de l’Ile, un centre d‘artistes autogéré dédié à l’estampe contemporaine à Val David.

Découvrez son site web
https://mjlebelartiste.com/

Sa page Facebook
https://www.facebook.com/mjlebelartiste01

Son compte Instagram
https://www.instagram.com/mjlebelartiste/?hl=fr-ca

Son tableau d’atelier sur Pinterest
https://www.pinterest.ca/mariejoselebel/ateliers-dart/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here